top of page

Le programme Odyssée en action - Saison 1, épisode 2 : Solenne Horellou


Préparation du taboulé - (c) Solenne Horellou


Après Adèle Patillot, professeur en CE1 à l’école Paul Langevin d’Abidjan (Côte d'Ivoire) le mois dernier, c’est au tour de Solenne Horellou de partager avec nous son expérience du programme Odyssée.


1. Comment avez-vous inscrit votre classe dans le programme Odyssée ?

Solenne Horellou : J'ai inscrit ma classe au programme Odyssée parce que j'en avais entendu parler par la présidente et fondatrice de l'association Héritage et Civilisation. Je connais Lara Scarlett Gervais depuis longtemps et j'avais suivi de loin la naissance de ce programme. Travaillant moi-même dans des écoles françaises à l'étranger, cela m'intéressait. Et, en septembre 2021, lorsque je suis arrivée dans une nouvelle école, au Turkménistan, pour m'occuper d'une classe à double niveau CM1-CM2, j'ai alors pensé que le moment était venu : j'ai inscrit ma classe au programme. Nous y avons aussi associé les élèves de 6ème de l'école. 


2. Quels sont les apports pédagogiques du programme pour vos élèves ?

Le programme nous a permis de compléter l’enseignement concernant les arts plastiques, l'histoire, la géographie, le français et des mathématiques, mais aussi bien évidemment de développer les compétences transversales des élèves.  

En effet, ils ont réalisé des productions artistiques, ont appris à situer de nouveaux pays, ont rédigé des textes, ont fait des conversions... Parallèlement, ils ont aussi été amenés à s'interroger sur eux-mêmes, sur leurs origines leur pays de résidence, à partager  leurs recettes familiales, à communiquer avec des élèves habitant dans d'autres pays, à partager leurs connaissances d'une nouvelle manière... C'était très enrichissant !


3. Pouvez-vous nous raconter un moment fort du programme ?

Les visioconférences ont toujours été des moments forts pour mes élèves. Il faut rappeler que, les deux années où nous avons participé au programme, le Turkménistan était en confinement, donc nous étions très réduits dans nos déplacements à l'intérieur comme à l'extérieur du pays, et le port du masque était également obligatoire. Pour les élèves, avoir la chance d'être en contact et discuter avec des camarades habitant dans d'autres pays était très appréciable. 

Je me souviens de cette fois où l'un de mes élèves, qui n'était pas tellement intéressé ni par l'école ni par les livres, mais s'était découvert une nouvelle passion pour le manga Naruto, m'a chuchoté pendant une visioconférence : "Maîtresse, je peux leur demander s'ils connaissent Naruto ?" Il n'osait pas. Je l'ai encouragé à se lancer. Quelques minutes après, il était tellement fier de savoir que des enfants de son âge n'ayant a priori rien d'autre en commun avec lui aimaient également Naruto ! Quelle révélation !


4. Avec votre expérience du dispositif, quels conseils donneriez vous à un enseignant pour rejoindre dans le programme Odyssée ?

Tout d’abord, je conseillerais déjà vivement à tout enseignant de s'inscrire et de participer au programme Odyssée ! J'en ai parlé à beaucoup d'amis et collègues enseignant en cycle 3. Le programme ne peut apporter qu'un plus aux élèves, les faire voyager, leur ouvrir l'esprit, leur apprendre à mieux se connaître et à mieux connaître les autres... tout en s'amusant ! Et, en tant qu'enseignant, ce programme nous permet aussi de mieux connaître nos élèves et de découvrir d'autres mondes. Soyons et restons curieux et ouverts !







55 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page