top of page

L’odyssée des Lycées


Le programme Odyssée se décline aussi dans les lycées pour sensibiliser les élèves de 15 à 17 ans à leur patrimoine, à l'instar des élèves des classes de CM1 et CM2. Trois classes sont à ce jour impliquées dans ce nouveau dispositif international porté par Héritage & Civilisation : en Tunisie, en Turquie et en France. L’équipe du programme a pu s’entretenir avec les enseignants de deux classes participant à ce dispositif et qui nous livrent leur regard sur l’Odyssée des Lycées.




© Héritage & Civilisation

Vision conférence avec les élèves du professeur Zakaria


Pour le professeur Mnasri Zakaria qui enseigne au lycée Ibn Charaf Thala à Kasserine (Tunisie), c’est une découverte. Lara-Scarlett Gervais a organisé le 5 janvier une réunion en visioconférence depuis Paris pour accompagner cet enseignant dans le déploiement du dispositif. À l’issue de la présentation, les élèves, tout comme leur professeur, se sont montrés très enthousiastes en évoquant leur patrimoine culinaire ou vestimentaire, typiquement tunisiens. Lara est revenue à cette occasion sur toutes les formes de patrimoine, du plus naturel au plus culturel, voire institutionnel comme l’hymne national.


Jean-Michel Ducrot proviseur du lycée Saint Michel à Istanbul (Turquie), et c’est sur les conseils d’une de ses élèves qui a travaillé pour l’association qu'il a découvert le programme et a immédiatement été conquis. C’est la troisième année que ses élèves participent au dispositif Odyssée avec des productions visuelles, auditives ou vidéos qui ne cessent de l’étonner. « J'ai été surpris par l'inventivité de nos élèves et de ceux avec lesquels nous avons échangé », souligne-t-il, que ce soit de la part de ses élèves ou des classes à l’autre bout du monde. Ainsi, les uns et les autres se nourrissent de leurs différences. Pour engager cette dynamique, il est ainsi convaincu que, pour la bonne réussite du projet, le plus important est « de faire confiance à ses élèves, car ce sont eux les acteurs de ce projet innovant. »


Car l’un comme l’autre souligne la force du programme qui favorise « ainsi le dialogue pour instaurer un climat de paix, apprendre à se connaître et permet d'éliminer la peur de l'autre » pour Mnasri Zakaria. Et Jean-Michel Ducrot va plus loin pour ces jeunes naturellement portés sur les outils numériques quand il évoque « la possibilité de mettre en place des groupes sur WhatsApp ou Instagram, pour davantage d'échanges, une meilleure appréhension des uns et des autres et finalement plus de liberté ». À n’en pas douter, de la même manière que le programme Odyssée a largement fait la preuve de son intérêt au sein des classes de primaires, il semble présenter de nombreux atouts pédagogiques, de l'avis même des enseignants concernés !

20 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
bottom of page